franc-maçon et templier

Templier -

Templier et franc-maçon : l’histoire et la légende

de lecture - mots

Qui sont les Templiers ? Sont-ils à l’origine de la Franc-Maçonnerie ? L’Ordre des Templiers a-t-il influencé la franc-maçonnerie naissante en Ecosse ?

Ordre militaire et religieux fondé en 1118 à Jérusalem, les Templiers, ou Chevaliers du Temple, ou encore Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon, avaient pour mission de protéger les pèlerins en Terre Sainte. Dissout en 1314 après la mort de leur Maître Jacques de Molay, l’Ordre serait réapparu en Ecosse et serait à l’origine de la Franc-Maçonnerie.

L'histoire qui relie les Templiers à la franc-maçonnerie en Écosse, après leur retour des croisades et après la suppression de leur Ordre, constitue l'une des légendes les plus intéressantes et les plus romantiques liées à l'histoire de la franc-maçonnerie.

Les éléments de l'histoire et de la tradition y sont tellement mêlés que c'est avec difficulté qu'ils peuvent être séparés de manière satisfaisante.

Comme bien souvent, entre tout admettre et tout réfuter, la voie du milieu semble être la plus sûre.

Si certaines parties de l'histoire sont corroborées par des documents historiques, d’autres sont plus sujettes à discussion.

Dans cet article, nous allons nous efforcer de distinguer le vrai du faux, l’histoire de la légende, la réalité du fantasme.

Nous verrons successivement :

  • Qui sont les templiers
  • Comment ont disparus les Chevaliers du Temple
  • Les liens entre templiers et franc-maçonnerie
  • Le crédit qu’il convient d’accorder à cette filiation supposée

A la fin de votre lecture, le voile sera levé et vous saurez tout sur les liens mystérieux entre franc-maçonnerie et templiers.

Allons-y !

Qui sont les templiers ?

Pour dissocier les parties historiques des parties légendaires, il sera nécessaire de jeter un bref coup d'oeil sur l'histoire des événements liés à la suppression de l'ancien Ordre des Templiers en France au début du 14ème siècle.

Avant de nous intéresser à leur disparition, aussi brutale que violente, revoyons ensemble l’origine des Chevaliers du Temple.

Templier

L’origine de l’ordre des templiers

Les Templiers étaient une grande organisation de chrétiens dévots à l'époque médiévale qui remplissait une mission importante : protéger les voyageurs européens visitant des sites en Terre Sainte tout en menant des opérations militaires.

Après que les armées chrétiennes eurent pris Jérusalem aux mains des musulmans en 1099 pendant les Croisades, des groupes de pèlerins de toute l'Europe occidentale ont commencé à visiter la Terre Sainte.

Cependant, traverser des terres contrôlées par les musulmans pouvaient être risqués. Et certains pèlerins eurent à le payer chèrement...

Templier au combat

Vers 1118, un chevalier français nommé Hugues de Payens a créé un ordre militaire avec huit parents et connaissances, l'appelant les Pauvres Compagnons Soldats du Christ et du Temple de Salomon - plus tard connu simplement sous le nom de Chevaliers du Temple.

Avec le soutien de Baudouin II, le souverain de Jérusalem, ils installèrent leur quartier général sur le Mont du Temple, d'où provient leur nom désormais légendaire, et s'engagèrent à protéger les visiteurs chrétiens de Jérusalem.

Au départ, les Templiers ont dû faire face aux critiques de certains chefs religieux. Mais en 1129, le groupe reçoit l'aval formel de l'Église catholique et le soutien de Bernard de Clairvaux, un éminent abbé français.

En 1139, le pape Innocent II a publié une bulle papale qui accordait des droits spéciaux aux Templiers. Ils étaient exemptés de taxes et n'étaient soumis à l'autorité de personne d'autre que celle du pape. Les Chevaliers du Temple ont ainsi pu mettre en place un réseau de banques prospères et ont acquis une énorme influence financière.

Les membres ont prêté serment de pauvreté, de chasteté et d'obéissance. Ils n'avaient pas le droit de boire, de jouer ou de jurer. La prière était essentielle à leur vie quotidienne, et les Templiers exprimaient une adoration particulière pour la Vierge Marie.

Au plus fort de leur influence, les Templiers possédaient une importante flotte de navires, l'île méditerranéenne de Chypre, et servaient de banque et d'institution de prêt aux monarques et aux nobles européens.

La fin des templiers

A la fin du 12ème siècle, les armées musulmanes reprirent Jérusalem et renversèrent le cours des Croisades, obligeant les templiers à se déplacer à plusieurs reprises.

Jusqu’ à la défaite d’Acre en 1291 qui a marqué la fin de la présence des Croisés en Terre Sainte.

Les Templiers, en quittant la Terre Sainte, avaient trouvé un refuge temporaire dans l'île de Chypre. Après quelques vaines tentatives pour reprendre pied en Palestine et pour renouveler leur combat contre les infidèles, ils se sont retirés de Chypre.

Ils ont regagné leurs différentes Commanderies d’Europe, parmi lesquelles celles de France étaient les plus riches et les plus nombreuses.

À cette époque, Philippe IV, connu sous le nom de Philippe le Bel, régnait sur le trône de France. Il était envieux de pouvoir et de la richesse des Templiers. Ce d’autant plus que le Royaume de France faisait face à une crise économique de grande ampleur. De plus, les Templiers ne répondaient de leurs actes que devant le Pape. Ce constituait évidemment un affront pour le Roi de France !

Philippe le Bel Roi de France

Clément V était le pontife de l'Église romaine.

Le Pape Clément, qui avait déplacé sa résidence de Rome à Poitiers, convoqua les chefs de l’Ordre pour envisager une nouvelle Croisade.

Jacques de Molay, le Grand Maître des Templiers, se présenta à la cour papale. Pendant son séjour, le Roi de France porta une série d'accusations contre l'Ordre des Templiers, dont il exigea la suppression. Il utilisa les accusations délirantes d’un Templier renégat, Esquieu de Floyran.

Les événements qui se sont produits par la suite ont été qualifiés de page noire dans l'histoire de l'Ordre des Templiers.

13 octobre 1307 : Arrestation des templiers

Le 13 octobre 1307, le Grand Maître des Templiers et cent trente-neuf Chevaliers furent arrêtés dans le palais du Temple, à Paris. Des arrestations similaires eurent lieu le même jour dans différentes régions de France.

Vingt-six princes et nobles de la cour de France se présentèrent comme leurs accusateurs ; et avant que le jugement de leur culpabilité n'ait été déterminé par les tribunaux, le tristement célèbre Pape Clément V lança une bulle d'excommunication contre toutes les personnes qui devaient apporter aide ou réconfort aux Templiers.

Les Templiers arrêtés furent jetés en prison et chargés de chaînes. Ils ne reçurent ni les consolations de la religion (tragique pour des hommes de Foi), ni de la nourriture en quantité suffisante.

Menés par l’Inquisition, les interrogatoires vont être atroces : sont notamment utilisés le chevalet (écartèlement), l’estrapade (dislocation des épaules) ou encore la brûlure de la plante des pieds.

écartèlement sur un chevalet torture sur estrapade

Le procès des templiers

Les procès qui s'ensuivirent furent pires qu'une farce.

Les chefs d’accusations étaient : sodomie, crachat sur la croix, baisers impudiques, hérésie,….

La torture fut appliquée sans ménagement. Ceux qui continuaient à nier leur culpabilité étaient condamnés soit à l'emprisonnement perpétuel, soit au bûcher.

113 Templiers auraient été brûlés à Paris et d'autres en Lorraine, en Normandie, à Carcassonne et à Senlis. Certains ont été relâchés après des aveux obtenus de force et renvoyés à une vie civile ou dans des ordres monastiques.

La mort de Jacques de Molay

La dernière scène de la tragédie a eu lieu le 18 mars 1314.

Jacques de Molay, le Grand Maître de l'Ordre, après une incarcération douloureuse de six ans et demi, est brûlé en public devant la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Mort de De Molay

L'Ordre est ainsi totalement supprimé en France et ses biens confisqués. Les autres monarques d'Europe suivirent l'exemple du Roi de France en abolissant l'Ordre dans leurs dominions ; mais, dans un esprit plus miséricordieux, ils s'abstinrent d'infliger la peine capitale aux Chevaliers.

En dehors de la France, dans tous les autres royaumes d'Europe, pas un seul Templier n'a été condamné à mort. L'Ordre fut cependant partout supprimé et ses vastes possessions furent dévastées, bien que dans tous les pays qui échappaient à l'influence du pape et du roi de France, son innocence générale ait été maintenue.

Il est évident qu'après la mort du Grand Maître de nombreux Chevaliers ont dû chercher la sécurité par la fuite vers d'autres pays. C’est en Ecosse que nous allons nous rendre maintenant pour nous pencher plus spécifiquement sur les liens réels ou fictifs entre l’Ordre des Templiers et la Franc-Maçonnerie.

Les Templiers et les Francs-Maçons

bague franc maçon jakin et boaz le templier 

Il existe deux légendes qui se rapportent au lien entre les templiers et la franc-maçonnerie écossaise.

La première peut être appelée la Légende de Bruce, et l'autre la Légende d'Aumont.

Robert Bruce : les Templiers en Ecosse

En Écosse, les possessions de l'Ordre étaient très étendues.

Une inquisition papale se tint à Holyrood en 1309 pour tenter, bien sûr, de condamner les Templiers. Lors de cette inquisition, seuls deux chevaliers, Walter de Clifton, Grand Précepteur d'Écosse, et William de Middleton, apparurent.

Les autres s'enfuirent.

Et, alors que Robert Bruce était en marche pour repousser l'invasion du roi Edouard d'Angleterre, les Templiers auraient rejoint l'armée du monarque écossais. Jusqu'à présent, les différentes versions de la légende de Bruce concordent, mais dans les détails qui suivent, il y a des différences irréconciliables.

Selon une version, les Templiers se sont distingués à la bataille de Bannockburn, qui s'est déroulée le jour de la Saint-Jean-Baptiste, en 1314, et après la bataille, un nouvel ordre a été formé, appelé l'Ordre royal d'Écosse, dans lequel les Templiers ont été admis.

Cela n'est pas susceptible d'être prouvé historiquement. Il n'est pas prouvé que l'Ordre Royal ait été établi par Bruce après la bataille de Bannockburn, bien que telle soit la légende ésotérique. Au contraire, il est censé avoir été fabriqué par Michael Ramsay au 18e siècle.

La légende de Bruce et Bannockburn du templiarisme écossais doit être considérée comme un pur mythe, sans le moindre élément historique pour la soutenir.

Le Chevalier Templier Pierre D’Aumont

Il existe une autre légende reliant les Templiers d'Écosse à la franc-maçonnerie.

Il est dit dans cette légende que pour échapper à la persécution qui a suivi la suppression de l'Ordre par le Roi de France, un certain Templier, nommé Pierre d'Aumont, accompagné de sept autres, tous déguisés en Maçons, se sont enfuis en Écosse et y a secrètement fondé un autre Ordre.

Pour préserver, autant que possible, l'ancien nom des Templiers ainsi que pour garder le souvenir et faire honneur aux Maçons dans les vêtements desquels ils s'étaient déguisés lors de leur fuite, ils adoptèrent le nom de Maçons en relation avec le mot Franc, et se firent appeler Franc Maçons.

Ils le firent parce que les anciens Templiers étaient pour la plupart des Français, et comme le mot Franc signifie à la fois Français et Libre, lorsqu'ils s'établirent en Angleterre, ils s'appelèrent eux-mêmes Franc-maçons.

Comme l'ancien Ordre avait été établi à l'origine dans le but de reconstruire le Temple de Jérusalem, le nouvel Ordre a maintenu leur lien d'union et a préservé la mémoire et la conception de ses prédécesseurs en construisant des Temples symboliques spirituels consacrés à la Vertu, la Vérité et la Lumière, et à l'honneur du Grand Architecte de l'Univers.

En 1361, le Grand Maître du Temple transfère le siège de l'Ordre dans la vieille ville d'Aberdeen, et à partir de ce moment, il se répand, sous le couvert de la franc-maçonnerie, en Italie, en Allemagne, en France, au Portugal, en Espagne et dans d'autres endroits.

Encore un fois, cette seconde légende n’a aucun fondement historique.

Le Chevalier Ramsay était le véritable auteur de la doctrine de l'origine templière de la Franc-maçonnerie, et nous lui sommes vraiment redevables, si la dette a une valeur, de la Légende d'Aumont.

L'inventivité et le génie de Ramsay, tels qu'ils se manifestent dans les fabrications des hauts degrés et les légendes maçonniques, sont bien connus

Et, par conséquent, nous avons une masse de déchets traditionnels, dans lesquels il y a beaucoup de mensonges avec très peu de vérité. La légende de Pierre d'Aumont et sa réanimation de l'Ordre des Templiers en Écosse font partie de ces déchets.

Sans la moindre preuve historique à l'appui, cette histoire a néanmoins exercé une puissante influence sur l'organisation maçonnique d'aujourd'hui encore. On retrouve ses effets dans les rites les plus importants et donne une forme templière à de nombreux degrés élevés. Et, il ne fait aucun doute que l'incorporation du templier dans le système maçonnique moderne est principalement à attribuer aux idées suggérées par cette Légende d'Aumont.

Francs-Maçons et Templiers : Légende et Histoire

Le souci de certains théoriciens de relier les templiers à la franc-maçonnerie a conduit à l'invention d'autres fables, dans lesquelles la légende d’Hiram du diplôme de maîtrise est remplacée par d'autres se référant à des événements qui se seraient produits dans l'histoire de l'ordre chevaleresque.

La plus ingénieuse de ces fables est la suivante :

Ainsi, les événements qui, dans l'authentique légende maçonnique, se réfèrent à Hiram Abif sont, dans la légende templière, rendus applicables à de Molay : les trois assassins seraient le pape Clément V., Philippe le Bel, Roi de France, et un templier nommé Naffodei, qui aurait trahi l'Ordre.

La Légende du lien entre le templiarisme et la franc-maçonnerie est inconciliable avec les faits de l'histoire. La Légende de Bruce et Bannockburn a déjà été éliminée. L'histoire n'a aucun fondement historique.

L'autre Légende, qui fait de d'Aumont et de ses compagnons les fondateurs de l'Ordre maçonnique en Écosse en amalgamant les Chevaliers à la confrérie des bâtisseurs, est également dépourvue de fondement historique.

À cette époque, la ligne de démarcation entre les différentes castes de la société était beaucoup plus importante qu'aujourd'hui.

Le "chevalier ceinturé" était au sommet de l'échelle sociale, l’artisan au bas de l'échelle. Il est donc presque impossible de croire que, parce que leur Ordre avait été supprimé, ces fiers soldats de la Croix, dont la vie militaire les avait rendus inaptes à toute autre poursuite que celle des armes, auraient jeté leurs épées et leurs éperons et pris la truelle.

Plus probablement, qu'un Templier se soit rendu dans une maison religieuse pour se retirer du monde dont l'usage de son Ordre l'avait dégoûté, ou qu'il se soit réfugié dans un autre Ordre chevaleresque, pouvait plus raisonnablement arriver.

Alors, Templier, Franc-Maçon ou les deux ???

Voilà, vous en savez maintenant bien plus sur les liens réels ou imaginaires entre Franc-Maçonnerie et Templiers !

L’histoire nourrit les légendes et les légendes trahissent l’Histoire. C’est le drame de la Vérité !

L’histoire romancée de la renaissance des Templiers en Ecosse après la suppression de l’ordre a nourri les légendes qui racontent l’origine de la franc-maçonnerie.

Les valeurs chevaleresques des templiers sont sans nul doute inspirantes. D’ailleurs il existe encore un Ordre des Templiers !

Ramsay était bien davantage poète et romancier qu’historien. Mais quoi qu’il en soit l’ordre des Chevaliers du temple est bel et bien à l’honneur dans les rites maçonniques.

Voyons :

Chevalier du Temple : 20ème degré du rite de Memphis-Misraïm
Chevaliers Templiers : Partie finale du rite d’York, comprenant Chevalier de la Croix-Rouge, Chevalier de Malte et enfin Chevalier du Temple

Et à cela rien d’étonnant pour autant ! Les Templiers étaient établis sur le Mont du Temple. La filiation symbolique avec l’initiation maçonnique qui comprend le Temple de Salomon est évidente et pertinente.

S’ils ne sont pas les « pères » de la franc-maçonnerie, ils méritent en tout cas d’y être honorés !

 

Bagues Templier Jakin et Boaz

 

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés