Tenez vous informé de nos promotions et nouveaux produits et bénéficiez de codes promo exclusifs ! Cliquez ici

Première visite sur notre site? Profitez d'une réduction de 10% sur votre première commande avec le code BIENVENUE-10

Le Manuscrit Regius (Halliwell) - Les textes fondateurs de la franc-maçonnerie

Le Manuscrit Regius

Mis à jour le 17 déc. 2023

Sommaire :

    La franc-maçonnerie telle que nous la connaissons aujourd'hui trouve ses fondements dans des textes anciens.

    Peut-être avez-vous entendu parler du Manuscrit Regius ou Manuscrit Halliwell?

    Le Manuscrit Regius est le texte fondateur de la maçonnerie opérative. Il fait partie de ce que l'on appelle les Anciens Devoirs ou Anciennes Charges. Poème initialement daté de 1390, il fut traduit par Halliwell (Manuscrit Halliwell). Ce poème écrit en anglais ancien est toujours conservé à la British Library du British Museum, à qui il fut offert par le Roi George II.

    Découvrons plus en détail de quoi il retourne.

    Le Manuscrit Regius ou Manuscrit Halliwell

    Les origines du manuscrit original de Regius sont obscures. Depuis la date présumée de sa rédaction, aux alentours de 1425, jusqu'au milieu des années 1700, on trouve diverses mentions de personnes l'ayant conservé dans leur bibliothèque personnelle.

    En 1757, le Roi George II a fait don du manuscrit au British Museum. Le Manuscrit Regius est alors devenu le noyau de la British Library.

    En 1838, James Halliwell, qui n'était pas maçon, a présenté un exposé sur "L'histoire ancienne de la franc-maçonnerie en Angleterre". Son travail était largement basé sur le Regius Poem, traduit pour l'occasion de l'anglais ancien. En 1840, l'exposé fut publié, y compris le texte original du Manuscrit Regius. A partir de ce moment, il prit le nom de Manuscrit Halliwell.

    Lorsqu'Halliwell a rédigé son article, l'âge réel du Manuscrit Regius a fait l'objet de débats. A l'époque, beaucoup pensaient qu'il datait de 1390. Edward August Bond, conservateur des manuscrits du British Museum, l'a daté d'une cinquantaine d'années plus tard, vers 1440.

    Les techniques modernes de datation ont confirmé qu'il datait bien de la période comprise entre 1425 et 1450.

    Le Manuscrit Regius et les Anciens Devoirs

    Considéré par les francs-maçons actuels comme le texte fondateur de la maçonnerie opérative, le Manuscrit Regius, à l'instar du Manuscrit Cooke, fait partie de ce que l'on appelle les Anciens Devoirs, ou Anciennes Charges (en anglais Old Charges).

    Les Anciens Devoirs désignent les documents anciens qui nous sont parvenus à partir du XIVème siècle et qui contiennent l'histoire traditionnelle, les légendes et les règles et règlements de la franc-maçonnerie.

    Ces documents historiques, auxquels appartient le Manuscrit Regius, étaient censés décrire les conditions d'adhésion d'un membre à une loge opérative. Pour adhérer, le nouveau membre jurait de respecter et d'accomplir les obligations énoncées dans l'acte de charge.

    Les Anciens Devoirs constituent la première preuve écrite du rituel maçonnique anglais, y compris les mots de passe et les signes de reconnaissance non verbaux, et contiennent les histoires traditionnelles et les codes de conduite des guildes médiévales de tailleurs de pierre.

    Qu'est ce que le Manuscrit Regius?

    Le Manuscrit Regius, ou Manuscrit Halliwell, est considéré comme le plus ancien document maçonnique encore existant.

    Il ne comporte pas de date mais ses tournures de phrases et son contenu suggèrent qu'il a été rédigé par un ou plusieurs érudits. La grammaire et le style d'écriture indiquent par ailleurs que le Manuscrit Regius a été rédigé dans le Shropshire, comté rural d'Angleterre.

    Shropshire

    Ce texte fondateur de la maçonnerie opérative est un long poème de 794 vers, destiné à déterminer, dans les moindres détails, les devoirs et obligations des tailleurs de pierre et des maçons par rapport au métier et à la géométrie.

    Le Manuscrit Regius: Contenu

    Le Manuscrit Regius est divisé en 6 parties:

    • Une brève histoire de la maçonnerie
    • Les statuts de la corporation des maçons opératifs (15 articles et 15 points résumés un peu plus bas)
    • Une évocation des quatre couronnés
    • Le récit de la Tour de Babel
    • Un éloge des Sept Arts Libéraux
    • Une instruction sur les bonnes manières

    Les 15 articles du Manuscrit Regius

    Article 1. Le maître maçon doit être digne de la confiance des seigneurs ; il doit payer aux compagnons un juste salaire avec l'argent du seigneur.

    Article 2. Tout maître maçon doit assister à l'assemblée générale, à moins qu'il n'en donne une bonne excuse.

    Article 3. Le maître maçon ne peut prendre un apprenti pour moins de sept ans et doit l'héberger pendant son apprentissage.

    Article 4. Le maître maçon ne doit prendre aucun serf comme apprenti.

    Article 5. Le maître maçon ne doit pas prendre de bâtards ni d'infirmes.

    Article 6. L'apprenti est moins bien payé que le compagnon, mais son salaire augmente au fur et à mesure qu'il progresse.

    Article 7. Le maître maçon n'emploiera ni voleurs ni assassins.

    Article 8. Le maître maçon peut renvoyer un ouvrier incompétent et le remplacer par un autre.

    Article 9. Le maître maçon doit veiller à ce que les fondations de l'édifice soient bien posées.

    Article 10. Un maître maçon ne doit jamais se substituer ou se mêler du travail d'un autre maître maçon, sous peine d'une amende de dix livres.

    Article 11. Un maçon ne doit pas travailler la nuit, sauf pour étudier.

    Article 12. On ne doit pas dénigrer le travail de ses confrères.

    Article 13. Le maître maçon doit donner à son apprenti une éducation complète.

    Article 14. Le maître maçon ne prendra un apprenti que s'il a assez de travail pour lui.

    Article 15. Le maître maçon ne doit pas laisser ses compagnons dans l'erreur, car il doit s'occuper de leurs âmes.

    La partie suivante du Manuscrit Regius traite des devoirs moraux. Elle était destinée aux gentilshommes de l'époque, et les instructions de comportement n'auraient pas eu leur place dans un code de bonnes manières rédigé à l'usage d'une guilde ou d'un corps de métier d'artisans.

    Ce qu'il faut retenir, c'est qu'il devait y avoir parmi les artisans de l'époque un certain nombre d'hommes qui ne travaillaient pas du tout et qui étaient donc, comme nous le dirions aujourd'hui, des "spéculateurs", en référence à la maçonnerie spéculative.

    Les plus grands esprits de l'époque se consacraient à l'architecture, et il n'y a aucune raison de ne pas croire que parmi les artisans se trouvaient des membres de bonnes familles. Il est donc fort probable que nombre de leurs membres aient eu besoin de règles pour préserver la bienséance dans les grandes maisons et parmi les membres des classes supérieures. Les points n'étaient probablement pas juridiquement contraignants, mais constituaient des règles morales, qui sont résumées ci-dessous.

    Les 15 points du Manuscrit Regius

    1er point. L'homme de métier doit aimer Dieu, l'Eglise et ses semblables.

    2e point. Les maçons doivent être payés pour les vacances.

    3e point. L'apprenti doit garder secret tout ce que lui dit son maître et tout ce qu'il entend ou voit en chambre.

    4ème point. L'apprenti ne doit pas être faux envers son métier, ni envers son maître ou ses compagnons, puisque la même loi que la leur s'applique à lui.

    5ème point. Les maçons doivent recevoir humblement leur salaire de leur maître. Le maître doit congédier un maçon avant midi s'il n'a plus de travail pour lui.

    6ème point. Les querelles entre maçons doivent être réglées à l'amiable, après le travail de la journée ou lors d'un jour férié.

    7ème point. Un maçon ne doit pas coucher avec la femme de son maître, ni avec la femme ou la concubine d'un compagnon.

    8ème point. Un maître peut permettre à un compagnon de servir de médiateur entre lui et d'autres compagnons.

    9ème point. Les compagnons doivent se relayer pour servir à table, acheter la nourriture et rendre compte de ce qu'ils ont dépensé.

    10ème point. Un maçon ne doit pas soutenir quelqu'un qui persiste à mal agir ; il sera convoqué devant une assemblée et exclu du métier.

    11ème point. Le maçon doit enseigner amicalement à celui dont le travail est imparfait.

    12e point. Les maîtres, les compagnons, les seigneurs et les autorités locales s'entendront en assemblée pour promulguer les lois du métier et punir ceux qui ne les respectent pas.

    13ème point. Un maçon ne doit jamais voler, ni être complice d'un voleur.

    14ème point. Le maçon doit jurer fidélité à son maître, à ses compagnons et à son roi.

    15ème point. Celui qui désobéit aux lois de l'assemblée sera appelé devant elle pour faire amende honorable. S'il persiste dans sa faute, il sera exclu du métier et emprisonné, et ses biens confisqués.

    Cet article se termine ici. Nous espérons qu'il vous aura permis d'en apprendre un peu plus sur le Manuscrit Regius.

    Il ne vous reste plus qu'à vous plonger dans le texte même du Manuscrit Regius !

      Partager :
      Écrire un commentaire
      Vous aimerez aussi